Cinématographe, littérature

Woody ALLEN – les années 90

Après avoir parcouru la filmographie des années 80 de Woody ALLEN, intéressons-nous à celle des années 90.

 Alice                                                                            source

Dans Alice (1990), l’histoire d’une femme mariée qui tombe amoureuse d’un musicien, on trouve un dialogue plein d’ambiguïté (à la Woody ALLEN, quoi !) où il est question des vertus comparées du sax ténor et du sax soprano. On peut aussi y entendre un concerto de Bach et un air de Kurt WEILL.

 ombres et brouillard                                                                             source

On retrouve la musique de Weill dans Ombres et brouillard (Shadow and Fog) en 1991, un bel hommage à l’expressionisme allemand d’un MURNAU ou d’un Fritz LANG. On y entend notamment l’Alabama Song, ainsi que des extraits de l’Opéra de quat’sous ou des 7 péchés capitaux (opéras écrits en collaboration avec BRECHT).

  harry dans tous ses états                                                                           source

C’est MOUSSORGSKY qu’il invite sur la BOF de Harry dans tous ses états (Deconstructing Harry) (l’histoire d’un acteur qui n’impressionne plus la pellicule, ou plutôt qui devient flou devant l’objectif de la caméra, (flippant non?) en 1997, où on peut entendre Une nuit sur le mont chauve.

  celebrity                                                                           source

Celebrity (1998) débute sur l’ouverture de la 5e symphonie de BEETHOVEN, et on peut aussi entendre la marche nuptiale de Lohengrin, de WAGNER, et I got rythm, de GERSHWIN. Le film se termine par une reprise de la 5e de Beethoven. Une petite curiosité de ce film est la présence d’un certain Donald TRUMP dans le rôle de D.Trump (qui était à l’époque animateur vedette d’une émission de téléréalité.)

 accords et désaccords                                                                          source

Enfin en 1999 dans Accords et désaccords (Sweet and Lowdown) on retrouve un musicien, un guitariste de jazz dont le grand rival est Django Reinhard. À noter un curieux Rêve d’amour de LISZT interprété à la guitare par Django.

Retrouvez les films des années 2000 dans notre prochain billet, disponible sur ce blog.

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s